Réparation et indemnisation : comment agir ?

Le jugement du 20 décembre 2019 a condamné pénalement les 3 prévenus et leurs quatre complices, ainsi que France Télécom-Orange, qui est seule à ne pas faire appel. Ce jugement a aussi validé la constitution, en tant que partie civile, des 129 personnes qui s’étaient rajoutées aux 39 parties civiles retenues dans l’Instruction. La Présidente a souligné que cette politique avait massivement été menée au sein de l’entreprise, donc, bien au delà des victimes connues au moment du jugement.

Orange avait mis en place, dès octobre 2019, un dispositif de réparation et d’indemnisation des préjudices de la période 2007-2010, destiné à réparer les victimes, et à prévenir de longues procédures judiciaires civiles en cas de condamnation.

Malgré toutes les réserves que SUD PTT ou ASDpro ont émises sur ce processus opaque, nous relayons cette information au plus grand nombre, Orange s’étant limité à une information interne, excluant, de fait, les familles, les retraité.e.s et les ex-salarié.é.s.

Nous vous proposons de remplir votre dossier de saisine à l’aide de ce mode opératoire, et de le transmettre à dossiersaisine@proceslombard.fr. Cela nous permettra un suivi collectif et individuel de vos dossiers une fois transférés à la commission d’Orange.

Avant ou après le 20 décembre, nous restons vigilants à ce qu’une vraie réparation soit obtenue pour tous et toutes, et sommes intervenu-es tant en commission de suivi que par courrier au PDG.

Un bilan intermédiaire au 5 mai fait été de 500 demandes remontées à la commission et le délai de dépôt des dossiers est prolongé jusqu’au 30 septembre 2020

8 commentaires

  1. Bonjour,je viens vous expliquer ce que j ai vécu au sein de la société orange.DE 2007 a 2010,j étais technicien d intervention client.A plusieurs reprises chez les clients voici les réflexions que l on pouvait entendre tu t pas suicidé toi bande de fainéant. J essayé de le prendre sur moi mais c est dur très dur. Ce serait trop long à tout expliquer.A cause de tout cela arrêt de travail psychologue et à mon retour voie de garage .

  2. Aujourd’hui à la retraite de l’UI Nancy depuis mars 2013, j’avais le grade de CTDX.SL. J’étais DP et membre de CHSCT de l’UI Alsace Lorraine durant l’année 2009 lorsque mes problèmes ont commencé avec la direction de l’UI.
    Durant, la réunion du CHSCT 19/12/2009 j’ai lu une déclaration préalable. Celle-ci étant mal interprétée/écoutée par le président du CHSCT a entraîné une plainte du directeur à mon encontre au Tribunal de Police pour diffamation non publique. Le jugement du Tribunal de Police du 21/07/2010 a condamné le directeur de l’UI à me verser 1000,00 euros sur le fondement de l’article 475-1 du Code de Procédure Pénale. Pour information, cet article ne s’appliquait pas dans mon cas de figure!, et je n’ai jamais perçu les 1000,00 euros…
    SudPTT54 avait pris en charge l’ensemble des frais d’huissier et d’avocat environ 2000,00 euros.

    Estimant que je n’avais pas obtenu réparation, j’ai donc à titre personnel déposé une plainte pour a) préjudice subi contre le directeur de l’UI, b) réclamer le remboursement des frais engagés par le syndicat auprès de la Cour d’Appel de Nancy. Mais le jugement de la Cour a rejeté mes demandes…

    Dans la foulée ( si je puis dire!) j’ai demandé à la direction de l’UI à bénéficier en tant que membre élu du CHSCT de la protection fonctionnelle, puisque j’avais été accusé à tort dans l’exercice de mon mandat. Comme, je n’ai eu aucune réponse de la Direction j’ai avec un avocat déposé à titre personnel auprès du Tribunal Administratif de Nancy un dossier réclamant la protection fonctionnelle.

    Celui-ci a rejeté ma demande… J’ai ensuite fait appel du jugement auprès de la cour d’Appel de Nancy, qui cette fois m’a donné raison contre Orange et dédommagé à hauteur de 1500,00 euros pour la totalité des frais engagés… En réalité, je ne suis jamais rentré dans mes dépenses bien que mon assurance avait consenti à prendre en charge jusqu’à un certain montant (mais pas la totalité) les frais réclamés par mon avocat et qui restaient inférieurs au 4200 euros que j’avais déboursés auprès du Tribunal Administratif et à la Cour d’Appel.

    Pour synthétiser: les répercussions de l’affaire déclenchée en 2009 auprès du Tribunal de Police par la direction de l’UI ne s’est pas terminée là puisque je n’ai pas connu les joies d’une fin carrière conventionnelle…En effet, qui croirait hormis les juges que je n’ai jamais fait l’objet de la part de la Direction d’un comportement anti-syndical lorsque le jour de mes 60 ans je me suis d’abord a) retrouvé privé de tous accès professionnels pour ne pas dire viré comme un malpropre, (ne voulant pas faire valoir légalement mon droit à la retraite malgré mon grade dit actif, puisque je n’ai jamais exercé le moindre métier technique lors de toute ma carrière -arrêt cours d’appel de Nancy-)… et ensuite pour ne pas avoir formulé de demande écrite de mon droit à pension, b) d’être privé de tous revenus durant 3 mois…Cette affaire d’exclusion a d’ailleurs été relayée par les médias et les députés avec l’aide d’actions de soutien par le 54, afin de trouver une sortie honorable.

    Bien que cette épisode se soit passé 2 ans après l’affaire du Tribunal de Police, il serait anormal de ne pas faire le lien avec une forme de harcèlement contre un militant.
    J’ai donc en 2013 déposé avec mon avocat 2 procédures distinctes contre Orange pour demande de réintégration et demande indemnitaires calculée sur la prolongation de mon activité jusqu’à mes 65 ans argumentant que sur la forme et le fond il reste impensable de croire qu’à aucun moment le directeur de L’UI condamné au Tribunal de Police, n’aurait jamais aidé de la direction EST, eu la moindre pensée à ne pas se venger contre moi… Le plus marrant c’est qu’avec tout le bruit qu’a fait mon affaire, seule la justice s’est persuadée qu’il n’y avait aucune preuve apportée contre un comportement anti-syndical de la part de la direction, à tel point que la Cour d’Appel n’a même pas évoquée son arrêt toujours constant qu’elle a fait appliquer pour un collègue de l’UI contre Orange afin qu’il puisse après 60 ans continuer sa carrière… Vous avez compris que mes deux affaires ont été rejetées.
    Aujourd’hui, il me reste une affaire en cours contre Orange qui doit être jugée à Limoges…
    Il s’avère que j’ai élevé 3 enfants dont 2 de ma compagne ce qui m’a valu un rappel de France Télécom de la prestation dite du SFT. Ce rappel financier a occulté 3 années et 6 mois et me prive de mon droit à majoration de 10% supplémentaires pour avoir élevé 3 enfants dans les dispositions de la loi.

    En effet, le service RH de l’époque reconnait bien le document de déclaration de vie maritale que je lui avais donné, mais il prend en compte le jour de la date où celui-ci a été fait à la Mairie de Nancy et non pas la date antérieur de 3 ans et 6 mois relatant ma vie commune avec les 2 enfants de ma compagne et notre adresse commune.
    J’ai donc contesté l’interprétation faite par le service RH auprès de la Cour d’Appel Administrative ,qui n’a pas vu de faute d’interprétation de ce service de France Télécom et déplore le fait qu’aucun document n’ a été déposé par mes soins pour soutenir que je vivais bien à la même adresse avec ma compagne et ses deux enfants. ( Pour information: mes documents ont été perdus).

    Or il s’avère que le dossier individuel de chaque agent possédait jusqu’à avant décembre 2012, différents documents administratifs sur lesquels figuraient l’adresse de domiciliation tels que double de fiche de paie, documents comptables pour le service des finances.
    De plus, ayant travaillé au CFRT, je savais que des microfiches téléphoniques étaient archivées sur lesquelles apparaissaient adresse et nom de l’utilisateur de la ligne téléphonique. Je n’évoquerais ici même pas l’endroit ou était installé le poste téléphonique de service ou de fonction affecté à chaque agent, mais que France Télécom et Orange apparemment ignorait (l’endroit)…
    Et pourtant malgré mes demandes antérieures à décembre 2012 pour ces type de documents, le service RH d’Orange s’est toujours abstenu de me les fournir…
    Je ne peux pas croire contrairement à ce qu’a toujours soutenu le service RH de France Télécom d’hier et d’Orange aujourd’hui à son incapacité à connaitre ma domiciliation puisque les factures téléphoniques et les bulletins de paie faisaient l’objet d’un envoi à notre domicile…

    En conclusion, je ne sais pas avec quel intérêt vous me lirez et/ou considérerez voir dans l’ensemble de mes affaires une forme de harcèlement qui reste bien à mon avis lié à une activité syndicale dérangeante. Toujours est-il que je suis passé au travers de mes différentes épreuves dans des phases révoltantes, déprimantes et exténuantes. Chacun réagit en fonction de son tempérament et pour les plus sensibles on en connaît l’épilogue. Je ne sais pas quelles suites vous donnerez et si vous admettrez que seule la première affaire , celle du tribunal de police reste compatible avec le dispositif de réparation et d’indemnisations préjudices où si aucune rupture n’est envisageable avec toutes les autres affaires perdues ou à venir encore…

  3. Bonjour
    J’ai eu des appels de nombreux collègues qui sont en retraite pour la plupart . Comme j’ai travaillé en boutique et a été délégué syndical membre du chsct sur l’ad normandie , j’ai une vue d’ensemble des conditions de travail et peut témoigner pour un grand nombre de personnes qu on a accompagner dans des audiences et je vais donc faire une trame général que les collègues vont pouvoir prendre en partie ou en totalité et faire des modifs personnels …Je leur ai suggéré de faire des témoignages croisés ..
    J’aimerai bien lire l’ordonnance de renvoi 7 ..
    Pourriez vous me l’a renvoyer par retour mail ou me mettre le lien pour la trouver ?

  4. NON SEULEMENT J AI ATTENDU 6 ANS SANS AUCUNE PRISE EN CHARGE ALORS QUE J AI ETE MALADE SUR LE PLATEAU DES GLAISINS MAIS AUJOURDHUI J ATTENDS LA COMMISSION INDEMNISATION
    FAIRE UN COMMENTAIRE SUR LA VIE D UNE PERSONNE MALADE SANS PRISE EN CHARGE N EST MEME PLUS NECESSAIRE AUCUNE PRISE DE CONSCIENCE

  5. Bonjour,
    Je suis retraitée depuis nov 2017.
    C’est tout à fait par hasard , le 20 mars, que j’ai pris connaissance de la possibilité de faire une demande d’indemnisation, en m’intéressant sur internet au verdict suite au procès.
    J’avais bien vu quelques titres de presse à l’ouverture du procès, mais j’ai rapidement occulté cette sombre période ainsi que l’avant et après 2007-2010, qui me faisait revivre le quotidien d’alors, à raison de changements incessants de bâtiments, de sites, de services, de formations continuelles qui gommaient l’acquis de la veille pour inoculer les nouvelles directives…de pression des objectifs, flicage, nombreux challenges imposés ( ambiance d’école maternelle avec ballons à crever en cas de placements de produits, affichage nominatifs des résultats quotidiens) réunions et entretiens de recadrage avec atmosphère infantilisante et anxiogène .
    Pendant au moins 15 ans, j’ai compté le temps qui me séparait des congés (souvent refusés) des jours fériés, de l’âge de la retraite, lorsque le TPS est arrivé, je n’ai pas réfléchi un seconde, seule la possibilité de fuir m’a motivée…j’ai aussi pris du temps partiel (rarement du temps choisi) pour tenir le coup, consulté un psychiatre pendant une décennie, plus assidûment cette période 2007-2010…voilà mon état d’esprit d’alors…
    J’ai consulté une dizaine de collègues retraités, pas un seul au courant de la possible indemnisation…retraités oubliés volontairement par Orange…
    Merci à internet, merci à plusieurs collègues syndicalistes de Sud principalement qui m’ont guidée en m’envoyant les informations nécessaires.

    Cordialement
    Evelyne M.

  6. Bonjour. J’ai quitté FT-Orange en 2007 pour rejoindre une autre administration. J’ai quitté FT car je n’en pouvais plus de pleurer tous les matins sur la route pour aller travailler. J’ai été comme beaucoup de mes collègues laminée par ce climat cette pression constante….j’étais au service commercial, j’ai subi les challenges débiles, les réflexions de ma supérieure, les refus de congés, les horaires décalés et planning irrégulier….je viens d’apprendre ce jour et par le plus grand des hasards qu’on pouvait déposer une saisine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.