Procès France Télécom : la déposition d’un élu CHSCT

Jean-Gabriel LAINEY est le secrétaire SUD du CHSCT d’une unité technique d’Orange (UIA Paris). Voilà sa déposition, lors de l’audience du 31 mai 2019.

Introduction

Mon intervention de ce jour, se fait en tant que représentant du CHS-CT de l’UIA, dument mandaté à cet effet. Je ne parle pas en mon nom personnel au sujet d’un préjudice personnel. J’ai été secrétaire du CHS-CT de 2009 à 2015. J’en suis toujours membre.

1/ Les faits tels que le CHS-CT de l’UIA a eu à les connaître

En 16 mois, il y a eu 3 tentatives de suicide à l’UIA.

a/ Didier Lefrançois :

Didier Lefrançois a fait une tentative de suicide 5 novembre 2007, et une réunion du CHS-CT a eu lieu le 12 décembre 2007.

b/ Guy Dabé :

Guy Dabé a fait une tentative de suicide le 6 janvier 2009, une réunion du CHS-CT a eu lieu le 9, puis le 15 janvier 2009.

c/ Hervé Géraud :

Hervé Géraud a fait une tentative de suicide le 17 mars 2009, une réunion du CHS-CT a eu lieu le 18 mars, puis le 10 avril 2009.

2/ Rôle et prérogatives du CHS-CT

A chaque fois, les élus ont été choqués par la violence des faits. Face à des situations d’une telle gravité qui obligent à agir, le élus ont toujours eu le souci de bien faire. Ils ont utilisés les outils à leur disposition, se sont exposés, humainement et psychologiquement. Souvent au détriment de leur propre santé. Sans compter les obstacles qu’ils ont rencontrés.

3/ Les actions du CHS-CT

a/ Didier Lefrançois :

Une enquête interne via une commission du CHS-CT, a été mise en place lors du CHS-CT du 12/12/2007. Les entretiens se sont déroulés du 18 janvier 2008 au 31 mars 2009. Les réponses de la Direction au Comité n’ont été apportées que le 11 mars 2010.

Philippe Pilot, le secrétaire SUD du CHS-CT de l’époque, fera un malaise pendant une de ces réunions.

b/ Guy Dabé :

Au vu de la charge mentale et psychologique particulièrement forte subie par les élus lors de l’enquête interne mise en place dans le cas de M. Lefrançois, auxquelles il faut ajouter les nombreux obstacles rencontrés, les élu-es ont considéré ne pas être en mesure de renouveler une telle démarche.

En conséquence, une enquête externe par cabinet agréé, a été actée par résolution votée à l’unanimité le 9/1/2009.

Pour autant, les difficultés auxquelles ils ont été confrontés n’ont pas cessé. Bien au contraire.

  • Convocation unilatérale du comité 6 jours plus tard, pour convaincre les membres du comité de revenir sur leur décision et les convaincre d’abandonner l’idée d’expertise par un cabinet pourtant agréé par le ministère du travail.
  • Et, à la place, les associer à une enquête diligentée en interne par le « pôle enquête de la DT IDF », un service dont la spécificité est d’instruire, entre autres, les affaires disciplinaires à France Télécom. Hormis une voix dissonante, l’ensemble des participants ont considéré que cette proposition n’était pas pertinente et ne pouvait pas répondre à la situation. Le contrôleur de la CRAMIF, l’inspecteur du travail, les élu-es CHS-CT, n’ont eu de cesse d’expliquer que la situation requérait la prise en charge par un organisme qualifié, agréé, dont c’est le métier.

Cette tentative ayant échoué, M. Tonarelli a continué la politique d’évitement des expertises, d’empêchement même, vivement encouragée par la direction générale.

  • Absence de réponse au téléphone, aux mails
  • Menaces de sanctions disciplinaires envers les élus
  • Etc.

Pour arriver enfin à une contestation en bonne et due forme auprès du TGI.

Je reprendrai la suite de ce dossier dans quelques instants.

c/ Hervé Géraud :

Une fois de plus la direction fait le choix impératif de se limiter à une enquête du « pôle enquête de la DT IDF ».

Alors que c’est son choix, la direction de l’UIA, par la voix de Mme Sekkai, DRH, présidente par du CHS-CT, le 10 avril 2019, ne juge pas pertinent de retenir les conclusions de celui-ci, qui mentionne explicitement que M. Géraud « a exprimé oralement à plusieurs reprises vouloir mettre fin à ses jours en se jetant par la fenêtre de son bureau ». Contre toute logique, la direction refuse de qualifier l’acte commis par Hervé Géraud de « tentative de suicide ».

Elle s’enfère, une fois de plus dans une position de déni et d’obstruction systématique. Comme si refuser les évidences, suffisait à s’en prémunir…

Sans oublier que, durant ce temps, courrait le recours en annulation de l’expertise ISAST, dans le cadre d’un danger grave, votée par le comité dans le cadre du cas de Guy Dabé auprès du TGI.

Pour ces 3 cas, les différents inspecteurs du travail, présents lors des CHS-CT qui ont eu à traiter de ces sujets ont été contraints de signifier, par écrit, leurs désaccords tantôt sur les méthodes, tantôt sur les refus, quand ce n’était pas sur les menaces de la direction. Aussi bien dans leurs interventions en séance que dans leurs écrits, ils ont insisté sur la nécessité de procéder à une enquête externe, soulignant à juste titre que les élus n’avaient pas reçu de formation spécifique sur la prise en charge des risques psycho sociaux, et les impacts que pouvaient avoir sur leur santé la confrontation à de telles détresses humaines.

De son côté le contrôleur de la CRAMIF, a également toujours soutenu que le recours à une expertise externe par un cabinet agréé était la seule solution permettant d’appréhender la situation.

4/ Quelle est la personne que le CHS-CT avait en face de lui durant cette période ?

Le Directeur de l’UIA était M. Daniel Tonarelli.

C’était le responsable d’une des plus grosses Unités Opérationnelles de France Télécom / Orange, comprenant environ 1 300 personnes. Un cadre dirigeant qui connaissait très bien la « maison »pour y avoir exercé des responsabilités à différents niveaux, pendant de nombreuses années.

Ses compétences professionnelles sont reconnues de sa hiérarchie et de ce fait, il a un certain pouvoir au sein de France Télécom. Il était l’homme de la situation puisqu’il était connu pour ses méthodes « rugueuses ».

Certains diront qu’il était doté d’une forte personnalité. D’autres y auront vu une virulence particulièrement acérée, dès lors que l’on ne partageait pas son point de vue ou, pire encore, que l’on osait l’exprimer, voire que l’on tentait de contrer ses actions.

C’est la facette du personnage que les élus du CHS-CT ont le plus régulièrement rencontrée.

Les inspecteurs du travail ont également été régulièrement confrontés à cette même facette. M. Ou-Rabah et Mme Darrack ont souvent été la cible de ses réparties cinglantes voire, pour le premier, été sommé de quitter la réunion (10 avril 2009 / Hervé Géraud).

Cette propension  à cette violence verbale, cette inclination à user de menaces envers ses subordonnés, cette appétence pour le dialogue social agressif était connu de tous. Supérieurs hiérarchiques inclus.

Il me faut aussi ajouter que, après avoir été en arrêt maladie prolongé, consécutif aux pressions excessives subies, le médecin du travail ayant en charge une partie des salariés de l’UIA, a même été amené à faire reconnaitre la rupture de son contrat de travail (prise acte de rupture).

Pour oser vouloir expulser aussi vivement à un inspecteur du travail, pour que cette situation se prolonge, il fallait donc que Daniel Tonarelli soit soutenu, à haut niveau.

Il fallait donc que son mode de management serve les objectifs de ses supérieurs.

Il fallait donc que cela serve une politique décidée par l’entreprise.

Et, on va voir que ces méthodes et ce soutien vont se prolonger, alors même que la crise sociale à France Télécom était connue de tous et que le PDG, M. Didier Lombard, avait enfin fini par en reconnaitre l’importance.

5/ Ce qui a conduit le CHS-CT de l’UIA à voter une résolution en 3 points, lors d’un CHS-CT exceptionnel, le 11 février 2010

Comme je l’évoquais précédemment, après avoir fait pression sur les élu-es pour qu’ils reviennent sur leur décision, M. Tonarelli a officiellement contesté auprès du TGI de Paris, le 24 février 2009, l’expertise décidée par le CHS-CT le 9 janvier.

– Le 26 mai 2009, le TGI a confirmé la délibération du CHS-CT du mois de janvier pour que soit réalisée une expertise par le cabinet ISAST, et demandé la modification, à la marge d’une phrase de la lettre de mission.

Le TGI a par ailleurs souligné dans ses attendus que, dans le cas de la commission d’enquête diligentée en interne par France Télécom dans le cas cadre de la tentative de suicide de Didier Lefrançois, « la liberté de parole des personnes interrogées peut n’être pas complète, dès lors que les membres du CHS-CT qui mettent en œuvre cette enquête sont accompagnés de la direction de France Télécom lors des entretiens individuels« .

Je tiens à souligner un point qui illustre, selon moi, la perversité des méthodes retenues à cette époque : comme le soulignait justement le TGI, un représentant de la direction assistait à tous les entretiens réalisés par la commission d’enquête. Ce rôle était assuré par le préventeur de l’UIA.

Or, le préventeur est le garant de la sécurité et de l’amélioration des conditions de travail des salariés de son périmètre. De ce fait, il est en quelques sorte le « conseiller technique » tant de la direction que des IRP de son périmètre. Et surtout en dialogue avec le CHS-CT. Un peu comme, toute proportion gardée, le médecin du travail, même s’il ne bénéficie pas des mêmes dispositions réglementaires.

De par ses missions, il a toute sa place dans les travaux de cette commission. Mais en lui imposant de jouer le rôle de représentant de la direction, cela le met en porte à faux avec les représentants du personnel, avec les salariés. Pire, cela génère des tensions, des suspicions quant à sa neutralité « technique » et interdit de fait toute capacité à œuvrer en commun, au détriment de la santé et de la sécurité des salariés !

Ce mode de fonctionnement étant également de mise dans beaucoup d’autres unités, où il est même parfois demandé aux préventeurs d’instruire les affaires disciplinaires, on peut en déduire que cela relève d’un choix de l’entreprise et de ses dirigeants de fragiliser les préventeurs et de restreindre leurs capacités à agir au quotidien au détriment de la santé et de la sécurité des salariés et agents.

Il faudra des mois pour que la confiance soit restaurée pour qu’enfin les préventeurs puissent enfin jouer pleinement leur rôle, en interne, et en lien avec le CHS-CT.

Dès le mois de juin 2009, après le prononcé de l’ordonnance, les relations entre M. Tonarelli, président du CHSCT, les membres de la direction et les élu-es se sont encore considérablement aggravées.

Lors de la séance du CHS-CT du 17 juin 2009, première réunion après la délivrance de l’ordonnance du TGI, et dernière de la mandature, le secrétaire de l’époque, Philippe Pilot, a été incessamment mis en cause par le président. Face à ces attaques répétées, et sur le point de s’effondrer nerveusement, il a du quitter la réunion précipitamment. Le médecin du travail, M. Hadj Aïssa, présent à cette réunion, l’a rejoint en urgence pour l’assister.

Tous les autres élus particulièrement affectés et inquiets sont également sortis pour s’enquérir de sa santé. Le président a exigé malgré tout la reprise de la réunion sans secrétaire de séance, de telle sorte qu’il s’est contenté d’une réunion de pure forme sans prendre en compte le traumatisme des élus, résultat de son attitude.

Consécutivement à la violence psychologique de cette séance, le secrétaire du CHS-CT, M. Philippe Pilot a erré dans les rues de Paris de longues heures, avec des pensées particulièrement sombres, demeurant totalement injoignable.

 Les autres élu-es ont violemment somatisé les jours qui ont suivi. 

Personne n’a pu prendre contact avec Philippe avant le lendemain, laissant craindre le pire…

Ce n’est que le 18 juin, par mail car incapable de s’exprimer de vive voix, qu’il s’est adressé aux membres du CHS-CT pour les remercier de leurs messages de soutien. Il a indiqué qu’il avait erré dans les rues de Paris pendant une bonne partie de la nuit.

Malgré sa douleur et sa détresse, ses premières pensées ont été pour les salariés de l’UIA, pour lesquels il manifestait la plus grande inquiétude, qui, comme lui, étaient victimes de tant d’agressions, de harcèlements et d’incompréhension.

Philippe Pilot s’est vu prescrire un arrêt maladie de 10 jours pour « état anxio-dépressif aigu ».

Et comme on le verra dans un instant, son état de santé ne lui a permis d’assumer à nouveau le rôle de secrétaire du CHS-CT durant la mandature suivante. C’est la raison pour laquelle je lui ai succédé au mois de juillet.

A l’ordre du jour  de ce CHS-CT figuraient des points particulièrement importants, notamment un retour sur la commission d’enquête suite à la tentative de suicide de Didier Lefrançois.

De par cette violence inacceptable envers les élus, de par les multiples mesures dilatoires et vexatoires utilisées, la situation de Didier Lefrançois n’a pu être examinée.

Je pense que c’était le but recherché, constatant le refus systématique de la réexaminer considérant que cela avait été fait à cette séance. De plus, aucun rapport de la commission n’a pu être finalisé. Aucune conclusion n’a pu être donnée.

Alors oui, on peut légitiment penser que c’était pour M. Tonarelli une belle occasion de mettre ce cas humain particulièrement sensible, sous le tapis!

Il faudra attendre mars 2010 pour que les choses puissent être réactivées.

Pour ce qui concerne ces faits de violence inqualifiables, la Direction Territoriale a été alertée a deux reprises :

  • par une déclaration préalable lue par le représentant syndical SUD à l’ouverture de la séance du CE de la DT IdF du 18 juin 2010 ;
  • par un courrier du délégué syndical SUD, le 25 juin 2010. 

La réaction de la Direction Territoriale IDF n’a pas été à la hauteur de la gravité des faits car aucune action concrète n’a été entreprise. Aucun rappel à l’ordre n’a été signifié, aucune sanction n’a été prise. Alors que, en parallèle, Thierry Lehr, membre élu du comité, fera l’objet d’une procédure disciplinaire pour sa réaction face à la violence du président ! (il a jeté un stylo en direction du président).

C’est dans ce contexte que je fais mes premiers pas dans l’instance CHS-CT de l’UIA.

Elu le 22 juin, avant d’être désigné secrétaire le 9 juillet 2010, je participe l’après-midi même à la réunion de cadrage de l’expertise ISAST, suite à la décision du TGI du 26 mai 2010.

Soit quatre semaines plus tard et cinq jours après l’agression caractérisée dont ont été l’objet les membres du CHS-CT de la mandature précédente.

Philippe Pilot, en arrêt de travail pour les raisons évoquées précédemment n’a pas pu y participer.

Si les premiers échanges concernant la validation de l’avenant et la relance de l’expertise peuvent être qualifiés de plus sereins dans le ton, sur le fond, il faudra vite déchanter.

Dès la fin du mois d’août, les premiers incidents quant à l’inscription de points à l’ODJ se font jour.

Je pense qu’il faut y voir les motivations de la délégation de la présidence du comité par M. Tonarelli à M. Thierry Jacques, un de ses subordonnés, membre du CODIR, le 23 septembre 2009.

Si les relations entre le nouveau président et le secrétaire se sont apaisées dans la forme, M. Tonarelli n’a jamais cessé ses ingérences dans le fonctionnement du comité.

Ainsi, alors que l’expertise relève uniquement de la compétence du CHS-CT, M. Tonarelli n’a eu de cesse d’émettre des injonctions de tout ordre, tant auprès de Mme Gallioz du cabinet ISAST que de moi-même.

Ainsi, le 16 octobre, exige-t-il de Mme Gallioz qu’elle supprime divers passage d’un projet de courrier d’information ayant vocation à informer les salariés de l’UIA de l’expertise dont elle aura la responsabilité pour le cabinet ISAST, alors qu’au même moment se déroule l’enquête Technologia, diligentée au niveau national.

A deux reprises, j’ai indiqué à M. Tonarelli que si un différend devait se faire jour, c’était entre le président et le secrétaire que cela devait être abordé. Et non avec lui qui avait délégué la présidence du comité. Or, M. Jacques ne m’a jamais alerté de quelque difficulté de quelque nature que ce soit.

Toujours enferré dans sa logique d’obstruction, M. Tonarelli rejetait, avec la plus grande fermeté, qu’il soit mentionné que le choix retenu par le CHS-CT de recourir à un cabinet extérieur ait pu avoir été motivé par le fait que les élus avaient été fortement ébranlés durant les enquêtes précédentes, réalisées dans le même contexte. Ainsi les élu-es jugeaient plus pertinent de faire appel à des professionnels agréés.

Les élu-es ont néanmoins considéré qu’il était indispensable que cette note d’information, succincte mais suffisamment précise, soit diffusée auprès de tous les salariés de l’UIA, pour qu’ils en comprennent les tenants et les aboutissants et puissent s’y inscrire dans les meilleures conditions.

La vindicte directoriale de M. Tonarelli s’est alors concentrée à mon encontre, tendant à me déstabiliser.

A deux reprises, les 23 octobre et 5 novembre, j’ai reçu des mails comminatoires assortis de mise en cause de mon honnêteté, de mon manque d’éthique, de mon mépris envers mes collègues du CHS-CT, de propos blessants voire infamants et diffamants, accompagnés de menaces de sanctions au vu du mon prétendu refus de la hiérarchie et du harcèlement que j’aurais commis à son encontre.

Ces mails, envoyés à 22h, ont d’ailleurs motivé un courrier de Mme Darrack, inspectrice du travail, en date du 12 novembre, pointant les atteintes à mes fonctions syndicales et les menaces de sanctions disciplinaires, rappelant à M. Tonarelli ses obligations réglementaires, qui lui imposent notamment d’assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs.

En parallèle, les demandes de documents par les experts du cabinet ISAST restaient lettre morte ou il manquait des pièces.

De ce fait, il est rapidement apparu que l’enquête piétinait avant d’être quasi bloquée.

De ce fait, avec les élus et les membres du cabinet ISAST, fin novembre 2009, j’ai demandé la réunion du CHS-CT pour présenter un point d’étape de l’expertise.

Au bout de deux semaines le président propose qu’elle se tienne le 27 janvier 2010, soit deux mois plus tard.

Pire, alors que la convocation est déjà envoyée, il décide unilatéralement, le 14 janvier d’annuler cette réunion et la reporte au 1er février 2010 sans s’assurer de la disponibilité des experts et des élus. La majorité des élus n’était pas disponible, le cabinet ISAST non plus.

Sur interventions unanimes et répétées de tous les élus, M. Jacques a finalement consenti à reporter à nouveau la réunion et l’a fixée à une date convenant à l’ensemble des parties concernées, le 11 février 2010.

Deux mois et demi de perdus !

Après l’exposé de l’avancement de l’expertise, le directeur du cabinet ISAST, Dominique Lanoë, indique que, en l’absence des documents demandés à plusieurs reprises, il n’est pas en mesure d’avancer dans ses travaux.

Au regard des arguties avancées tant par Thierry Jacques, président, que par Saadia Sékkaï, DRH, les élus considèrent qu’à nouveau, la direction de l’UIA joue la montre pour retarder les travaux de l’expertise.

Marie-Claude Astri, nouvelle inspectrice du travail du secteur, Olivier Poisson, contrôleur de la CRAMIF, sont aussi choqués par la situation.

Devant tant de mauvaise foi, Philippe Pilot, membre du comité, profondément affecté par les propos tenus n’est pas en état d’assister à lasuite de la réunion. Évoquer cette douloureuse affaire a ravivé la violence des échanges qui se répète à l’infini avec la direction et particulièrement avec l’ancien président du CHS-CT, Daniel Tonarelli, notamment lors de la séance du 17 juin. Claire Thomas, nouvelle médecin du travail pour l’UIA, dont c’était la première participation, a été appelée à ses cotés.

Devant cette situation inacceptable, le CHS-CT a voté une résolution en trois points :

  • Les membres du comité exigent que la direction de l’UIA communique sans délai l’ensemble des documents demandéspar les experts du cabinet tels que stipulés dans la note remise en séance ce jour, préalable indispensable à la poursuite du travail d’investigation sur le terrain
  • Devant la situation de blocage au sein de l’UIA et en lien avec les négociations nationales consécutives à la grave crise de l’été dernier à France Télécom, les membres du comité demandent un entretien au Directeur Général de France Télécom
  • Ces faits constituant des infractions pénales d’entrave au fonctionnement du CHSCT, de harcèlement et de menaces à l’encontre des élus, le comité donne mandat à son secrétaire de déposer une plainte simple, au nom du CHS-CT de l’UIA, entre les mains de Monsieur le Procureur de la Républiqueet d’éventuellement en cas de poursuite se constituer partie civile devant le tribunal saisi.

6/ Changement de Directeur de l’UIA

A la suite de ce CHS-CT, les choses se sont accélérées.Une réunion de travail entre le président du CHS-CT a eu lieu très rapidement, les documents demandés ont été communiqués.

Les travaux du cabinet ISAST ont pu reprendre et être menés à leur termes. Le rapport d’expertise a été présenté au CHS-CT le 20 mai. Soit près d’un an et demi après les faits!

Si le comité n’a jamais été reçu par Stéphane Richard, Directeur Général de l’époque, le directeur de l’UIA a  changé, trois semaines après l’envoi du courrier sollicitant un entretien.

Ainsi, Daniel Tonarelli a été appelé à d’autres fonctions le 10 mars. Il a été chargé de conduire la relance du programmeFFTH et son industrialisation, programme phare pour France Télécom en 2010. Et qui l’est toujours pour Orange aujourd’hui.

On constate que M. Tonarelli n’a pas été sanctionné pour ses manquements, ses dérapages, ses agressions. Certes, il a été déplacé mais promu. Car, au vu de l’importance de la mission qui lui a été confiée, d’aucuns pourraient croire que cela relève de la mesure de faveur.

Les collègues qui ont été lourdement sanctionnés, parfois pour des faits relativement mineurs, auraient sans aucun doute apprécié avoir le même traitement…

Pierre Schmitz a été nommé directeur de l’UIA le 11 mars.

Je ne manquerai pas d’apporter quelques éléments montrant une évolution significative tant pour ce qui concerne les relations entre les élus et représentants syndicaux du comité et la direction, que dans la qualité et l’efficacité de ces travaux.

J’interprète cela comme la preuve que, lorsque la direction générale a décidé de faire cesser lespratiques de harcèlement, elles ont cessé.

Il me faut pourtant pointé un dernier fait en lien avec cette douloureuse période.

En effet, hasard du calendrier, notre CHS-CT s’est réuni le 11 mars. Le dernier sous la présidence de Thierry Jacques. Etaient enfin à l’ODJ les réponses que la direction voulait apporter aux conclusions de la commission d’enquête en charge d’analyser la tentative de suicide de Didier Lefrançois.

Si, comme je viens de le mentionner, les choses semblaient vouloir se débloquer pour l’expertise ISAST, consécutive à la tentative de suicide de Guy Dabé, la direction de l’UIA s’est une nouvelle fois retranchée derrière un déni inqualifiable pour ce qui concerne Didier Lefrançois.

Par cette note, la direction de l’UIA rejette les conclusions de la commission. Elle allègue une dépense de 1700 € au titre d’une formation de 5 jours pour réfuter l’absence de formation. Dans un domaine technique aussi pointu, que représentent 5 malheureuses journées de formations ? Que représentent 1700 € ?

Mieux, la direction ne manque pas de souligner l’appartenance syndicale d’un collègue auditionné, sans doute pour lui appliquer une connotation spécifique…

Une fois encore, les tensions ont été très vives et les élus en ont été particulièrement choqués.

La liste des propos inacceptables est telle que cela a déclenché un courrier spécifique de Mme Astri, inspectrice du travail pour souligner l’inadaptation des réponses apportées !

Les représentants du personnel qui siégeaient au sein de ce comité durant cette période ont particulièrement souffert de la violence des relations qui y prévalaient. Au travers d’eux, c’est l’ensemble des personnels qui a pâti de la politique sociale de l’entreprise, déclinée au sein de notre entité.

Pour toutes celles et tous ceux qui ont eu à souffrir de la politique mise en œuvre durant cette période, il est important que leur souffrance soit entendue, reconnue.

Il est important que des noms puissent être mis sur des choses. Que les responsables puissent être identifiés. Mais cela n’effacera jamais les drames. Cela n’effacera jamais les blessures qui pour certaines et certains ne se refermeront sans doute jamais.

Si je me replace dans mon rôle de représentant d’un CHS-CT, pour lequel la prévention est la mission première, il est tout aussi essentiel que cela ne se reproduise plus. Que l’on n’ait plus jamais à vivre cela.

Plus jamais çà. Ni ici. Ni ailleurs !

7/ Les Impactés

Puisque l’on arrivait pas à agir avec les outils traditionnels des CHS-CT et des CE, des élus et des militantsont eu l’idée d’utiliser l’expression artistique pour aider les salariés à mettre des mots et des images sur leur souffrance. Mettre des mots sur des maux !

Depuis le début des années 2000, et particulièrement durant la période la plus sombre de l’histoire de notre entreprise, la première question posée lorsque 2 collègues se rencontraient après que leur chemins se soient éloignés, du fait de mutations forcées ou non, étaient : « T’es où ? » « T’es où, maintenant ? ».

Immédiatement suivi d’une autre, qui symbolise à mes yeux, la situation : « T’es impacté-e ? »

Ce terme « impacté » était dans toutes les bouches, au vu du nombre important de dossiers de réorganisations, d’évolutions, de restructurations de services, de changements de rattachements, de transferts dans d’autres directions.

A tel point, qu’il est devenu évident qu’il devienne le titre de la pièce de théâtre créée par la compagnie NAJE, à l’initiative du CE de la DT dF.

Cette pièce a été réalisée à partir des témoignages d’agents, de salariés de France Télécom Orange, de leur vécu, de leur souffrance, de leur vraie vie ! Ces témoignages ont été recueillis par des syndicalistes et de représentants de la troupe NAJE.

8/ depuis mars 2010

Il a fallu réapprendre à travailler ensemble : représentants du personnel, préventeurs et représentants de la direction.

En cela, je dois souligner que travailler avec Pierre Schmitz, comme président du CHS-CT et comme directeur de l’UIA a permis de redonner du sens aux mots. Et à replacer l’humain au cœur des préoccupations.

Certes, nous n’avons pas toujours été d’accord. Mais le respect des personnes était redevenue une valeur avec tout son sens.

Après ces années 2008 et 2009, particulièrement éprouvantes, les choses ont quand même évolué à l’UIA.

Quelques exemples :

  • Le rapport d’expertise ISASTa été présenté au CHS-CT le 20 mai 2010. Il a été pris en compte au moins partiellement par la suite.
  • Le Bilan CHS-CT 2009 a fait l’objet d’un avis très négatif au vu des faits que je viens de relater, sans que cela ne génère de réaction acerbe
  • Le PAPRIPACT 2010 a été travaillé en deux étapes. Cela a permis d’intégrer les demandes des élus.
  • Il a reçu un avis favorable à l’unanimité des élu-es, le 7 juin, au vu des dispositions contenues qui ont pu apporter un mieux significatifs pour les conditions de travail. Pour mémoire, le PAPRIPACT 2009 n’a jamais pu être travaillé et n’a jamais reçu d’avis.
  • Information du CHS-CT sur la conduite à tenir par tous les salarié-es lors de la détection d’une personne en situation de souffrance au travail.
  • Au-delà du schéma formalisé, interpellations directes élus/Rémy Mattéodo, nouveau DRH, et travail conjoint, formel ou informel, lorsque l’une des parties détectait une personne en situation délicate.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.