Moati interview Stéphane Richard

Serge Moati devait faire un film à la gloire de Didier Lombard en 2009, c’était une commande d’entreprise. A l’évidence, ce projet ne pouvait plus être maintenu en l’état, vue la crise que traversait l’entreprise. La direction de la communication (semble-t-il), a pris alors la décision, peut-être sur proposition de Serge Moati, de faire un film sur la crise, ou plutôt, sur la façon dont une entreprise comme France Télécom, peut surmonter une crise de cette ampleur.

Témoin de cette crise, Serge Moati va interviewer le Comex de l’entreprise (les 15 dirigeants de l’époque). Mais il va aussi interviewer les responsables syndicaux et les nombreux cadres ou simples salarié-es qu’il va rencontrer, de décembre 2009 à mars 2010. Il déclarera avoir réuni plus d’une centaine d’heures de « rushes » qui montrent combien les salarié-es de France Télécom savaient parler de l’entreprise. Ces « rushes » constitueront la base d’un documentaire réduit à 3 heures pour le premier montage.

Une projection privée aura lieu avec la direction et ce montage sera … jeté à la poubelle. A l’époque, Serge Moati déclarait qu’il avait du mal à formater un documentaire plus réduit, vu la richesse des interviews. A l’évidence, cet interview de Stéphane Richard, réalisé en décembre 2009, est un extrait de ce documentaire « mort-né », opportunément mis sur internet, et que nous avons récupéré sur le site http://www.wk-rh.fr/actualites/detail/23266/les-defis-rh-de-stephane-richard.

Cet interview tombe juste au moment du procès de France Télécom, alors que les prévenus continuent à faire croire que la crise n’était que médiatique, instrumentalisme par quelques syndicats.

Ce n’était pas le point de vue de Stéphane Richard, certes en termes mesurés, mais qui préparent l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.