REPORTAGE DESSINÉ – Retour sur la journée du 9 juin avec le témoignage de Charles-Henri Filippi.

(Dessin de Claire Robert)

REPORTAGE DESSINÉ

Retour sur la journée du 9 juin avec le témoignage de Charles-Henri Filippi.

(dessins de Claire Robert et Ornella Guidara)

Le 9 juin 2022 s’ouvre la douzième journée du procès de France télécom en appel. Ce jour-là, Didier Lombard fait citer son témoin en la personne de Charles-Henri Filippi. Membre du conseil d’administration de France Telecom entre février 2008 et mai 2020, et aujourd’hui de Nexity, il se définit volontiers comme un « banquier humaniste ».

M. Filippi est, en effet, un adepte de ce que l’on appelle le « capitalisme philanthropique ». Issu de l’intelligentsia du monde de la finance, ce terme est une tentative de « blanchiment social » des dégâts sociaux du capitalisme, notamment les inégalités qu’il engendre. On peut la comparer au « greenwashing » dans le domaine de l’écologie, opération qui consiste, pour une multinationale, à orienter ses actions de marketing et de communication vers un positionnement écologique en vue de faire oublier la pollution dont elle est responsable. Ici, ce que l’on pourrait appeler le « socialwashing » permet donc aux financiers de redorer leur image en dénonçant les « excès » d’un « capitalisme déboussolé » (dont ils sont les premiers responsables), en prônant le « dialogue social » (faisant comme si tout le monde était à égalité pour « dialoguer »), ou encore en appelant au « compromis » de gens « responsables ». C’est d’ailleurs en avançant ce terme de « compromis social » que notre banquier en viendra véritablement à la défense du prévenu Lombard et de son Plan NExT.

(Dessin d’Ornella Guidara)
(Dessin de Claire Robert)

Mais comme on l’a bien compris, l’humanisme du Phlilanthrocapitalist doit rester abstrait. Il rechigne toujours à s’approcher de trop près de la vie du peuple. Aussi, quand la présidente lui propose de toucher du doigt le drame social qui couvait à France Télécom en lui demandant comment, au conseil d’administration dont il était membre, il avait fait pour n’avoir jamais entendu parler des alertes…

(Dessin de Claire Robert)
(Dessin de Claire Robert)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.