Le crash programme : par la porte ou par la fenêtre !

Les documents que nous publions ici sont issus d’une convention organisée par l’ACSED, une association de cadres dirigeants, à destination de 200 cadres selon le président de l’ACSED (un peu plus selon les témoins) et quelques représentants syndicaux (CFDT, CFTC, FO) qui menaceront la direction de porter l’affaire en justice pour entrave aux IRP.

Il est utile, pour la compréhension, de noter que les perquisitions faites par les juges d’instruction ont révélé de nombreuses descriptions des méthodes prônées par la direction pour fragiliser les salariés et les pousser au départ. Une prise de note d’un cadre de haut niveau lors d’un séminaire RH en mai 2007 révèle : « créons une certaine instabilité pour les salariés, allez à la controverse, au conflit avec des convictions personnelles, augmentons le turn-over, ne transformons pas I’ED* en ANPE » (* : l’ED est l’Espace Développement, une agence interne pour inciter à la mobilité).

Cette convention de l’ACSED qui s’est déroulée le 20 octobre 2006 à la Maison de la Chimie, se situait au début du plan NEXT qui vise à faire quitter l’entreprise à 22 000 salariés, pour l’essentiel des fonctionnaires.

Didier LOMBARD, Olivier BARBEROT, Louis-Pierre WENES, Nathalie BOULANGER… des cadres dirigeants vont parler « vrai » avec la salle pour accélérer les suppressions d’emplois avec un « crash programme», sans savoir que les débats sont retranscrits. Les enquêteurs découvriront que la secrétaire de l’association, qui avait fait les scripts de compte-rendu, a été mise ensuite à contribution pour détruire les enregistrements, puis modifier les scripts pour éliminer les formules les plus « malheureuses » qui aurait pu être exploitées par des syndicats mal intentionnés…

C’est ainsi que Didier Lombard déclarait dans le script original qu’il fallait « faire les départs d’une façon ou d’une autre, par la fenêtre ou par la porte », une formule qui deviendra plus simplement  « faire les départs d’une façon ou d’une autre ».

Cette formule a été rodée car elle sera utilisée lors d’un autre séminaire RH à PESSAC où un cadre témoigne qu’au moment du buffet, alors qu’il lui exprimait ses difficultés à mettre en place le plan NEXT, Olivier Barberot, le DRH Groupe, lui a répondu : «On a l’habitude de dire que lorsqu’on met un représentant de Rank Xerox à la porte, il revient par la fenêtre. Et bien nous c’est l’inverse, ils partiront par la porte et par la fenêtre ».

Le document original, récupéré lors d’une perquisition, fait partie des scellés du dossier d’instruction. Celui qui est annexé à cet article est donc le document édulcoré : 20 octobre 2006 – version corrigée.

L’ACSED a fait un tract compte-rendu de la convention beaucoup plus consensuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.