Décès d’un pilier de l’Observatoire du Stress et des mobilités forcées à France Télécom.

Pierre Morville
Pierre Morville

Pierre Morville était un des fondateurs de l’Observatoire, dans cet attelage que beaucoup comparaient à l’alliance de la carpe et du lapin, entre la fédération Sud PTT et la CFE-CGC qu’il représentait. Personnalité généreuse qui s’intéressait à tout, son engagement politique et sa passion pour les débats étaient mus par un combat pour la justice sociale auquel il a consacré sa vie, désespérément. Il s’est très tôt inquiété, bien avant la « vague »  des suicides, des conditions de travail létales et des drames humains à France Télécom. Il a beaucoup contribué à la création du comité scientifique de l’Observatoire du stress, car il y voyait non seulement un outil susceptible de mettre au jour les racines du mal et si possible d’y remédier, mais encore un moyen indispensable de faire connaître à l’extérieur   l’arbitraire, l’iniquité et la violence du management par la terreur. Ses camarades gardent surtout le souvenir d’un militant brillant dans ses analyses et audacieux dans ses perspectives : avec et parmi eux, Pierre a été un pilier essentiel de cette nouvelle expérience syndicale.

Il avait choisi de quitter Paris pour s’installer à Nîmes dans un projet de retraite méritée. Souffrant, il n’a pas pu être présent aux audiences du tribunal de Paris à l’occasion du procès des dirigeants de France Télécom qui s’est déroulé cet été. Il est décédé vendredi 21 février à Toulon où il était hospitalisé, suite à des lésions cérébrales.

Bon départ, camarade, nous sommes tristes mais nous te garderons comme un très bon souvenir.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.