ORANGE

  • Malagua
  • ORANGE - FRANCE TELECOM
  • 19992015
  • Paris

J'ai commencé chez Orange en 1997 en tant que fonctionnaire.

1997 à 1999 :

- Refus de mes congés pour assurer le travail de mon responsable
- Commentaires du type "une femme n'a pas de cerveau" et propositions indécentes de la part de mon responsable

- 1999 changement de poste d'office et refus de mes congés suite au décès d'un proche.

De 2000 à 2002 :

- j'ai travaillé à la vente, dans des locaux insalubres ou j'ai subi de nombreuses pressions (responsable d'agence résidentielle était Delphine Ernotte) dont :
- Menace de licenciement pour abandon de poste si j'allais aux toilettes (en étant fonctionnaire) !
- Couloir inondé dans lequel on passait au quotidien et qui menait à des armoires électriques
- Changement de planning au quotidien avec menace sans en être avertie
- Chantage pour faire des heures supplémentaires
- Chantage pour ne pas être arrêtée suite a un accident de service du fait des locaux qui n'étaient pas aux normes
- Porte en verre (4 m x 4m environ) tenant par des bandeaux de chantier
- Prises électriques dénudées
- Travail debout dans le froid en plein courant d'air sur un guichet dont l'ordinateur était installé au niveau de mes cuisses (hernie discale qui a suivi)
- Séquestration dans un bureau avec des responsables pour me pousser à reconnaitre des fautes professionnelles que je n'avais pas commises
- Changement de poste d'office du jour au lendemain par deux fois
- Refus de prendre en compte mes certificats médicaux indiquant que je ne devais pas porter de charges suite à hernie discale. A ce moment là on m’a donné des charges à porter que je ne portais pas précédemment
- Refus des congés ou validation de ceux-ci le jour même des congés
- Suppression des RTT et de la part variable
- Placardisation dans un bureau pour rechercher un poste en dehors de France Télécom cela pendant plusieurs mois
- Refus d'appeler des secours alors qu'une collègue enceinte avait fait un malaise et était sans connaissance pendant plusieurs heures
- Travail jusqu'à 12/13 h par jour sans pauses, avec promesse de remboursement d'heures supplémentaires, non payées en fait
- Pressions de la part d'un responsable : me faire attendre pour fermer l'agence, mails litigieux, avertissement demandé à la direction suite a mon refus de l'attendre un soir. Pour que j'accepte des rendez-vous avec lui

2003 :
- On me place en prêt de compétence (intérim) de 3 mois en agence professionnel en me faisant croire à un nouveau poste
- Puis prêt de compétence de 3 mois en agence entreprise en me laissant croire de nouveau à un nouveau pote
- Annulation de mes entretiens professionnels par les RH
- Placardisation pendant un an : pas de bureau, pas de chaise, pas de téléphone. Interdiction aux collègues de me parler
- Agression par une collègue : séquestration dans un bureau pour que je ne puisse pas aller voir le médecin, refus d'appeler les pompiers alors que plaie ouverte à la tête

2004 :
- Mise d'office en accueil téléphonique d'Orange en voulant m'imposer un travail de nuit 6 jours par semaine. Convocation par le responsable si prise d'une boisson ou d'un pause même pour aller aux toilettes. Interdiction de parler aux collègues (la majorité étant en dépression et terrorisée)
- Soutien métier sur un poste ou un agent de maîtrise me donnait de mauvaises informations

2005 à 2008 :
- Poste de chargé de facturation chez Transpac (filiale) : reprise de l'activité de facturation de 2 personnes pour un salaire de 1000 euros de moins. Les collègues CDI avaient droit de récupérer ou se faire payer les heures supplémentaires et avaient 11 jours de congés de plus. En tant que fonctionnaire je n'y avais pas droit
- Pressions importantes pour atteindre les objectifs : la responsable me criait dessus pour que j'assure l'activité des 2 collègues qui occupait ce poste précédemment
- Seule j'assurais le travail fournie par 7 assistantes commerciales. Pas le temps d'aller aux toilettes ni de manger...
- Hernie discale en 2007 du fait de la pression subie m'empêchant de marcher pendant plusieurs mois, des douleurs atroces, des pertes de salaires conséquents m'enpéchant de payer mon loyer et de faire les moindres dépenses de loisir et d'habillement. Mangeant exclusivement des conserves ou des pâtes
- Lors de l'immobilisation du fait de l'hernie discale, appel téléphonique quotidien (réveil) de mon responsable pour vérifier que j'étais bien a mon domicile et me menacer que je n'aurais pas promotion si je ne reprenais pas rapidement mon poste.
- Refus de me donner le grade correspondant au poste le jour de l'annonce de la réorganisation en 2008. M'obligeant de ce fait à rester sur le poste (engagement 3 ans) et de suivre la mobilité
- Refus de mes congés d'été au profit d'une collègue CDI qui prenait un jour de congé par semaine

2009 à 2011 :
- Réorganisation et déménagement engendrant un trajet deux fois plus long
- Menace de la part de la nouvelle responsable avant mon arrivée : "Si tu ne commence pas plus tôt ça va me mettre de très mauvaise humeur et je risque de m'en prendre à tes collègues qui risquent de t'en vouloir"
- Pressions pour changement d'horaire de travail (je suis insomniaque suite au pressions que j'ai subies engendrant une angoisse d'aller travailler et de ce fait une peur de m'endormir)
- Menaces par le RH pour changer mes horaires de travail
- Réflexions de la part de la responsable ( voir mails joints) :
- "T'as qu'à t'acheter un homme pour te réveiller"
- "Quand vous arrêterez de vous suicider"
- "Qui je vais virer aujourd'hui" en ce promenant dans le couloir devant mon bureau
- Pour mes problèmes de santé : "Tu me voles mon argent en aggravant le trou de la sécurité sociale"
- Suite a une agression dans la rue et immobilisation plâtrée : " on peut très bien travailler avec un plâtre", "tes collègues ont eu beaucoup de boulot pendant ton absence tu peux au moins les remercier" ce sont les paroles qu'a tenues ma responsable le jour ou j'ai repris mon travail. Les collègues ne me parlaient plus. L'une d'entre elle m’a lancé mes dossiers au visage
- Pressions de la part du RH pour changer mes horaires (je finis par accepter et que ma responsable m'appelle le matin pour me réveiller)
- Pressions de la part du médecin du travail "ici personne ne commence à 10 h (faux) si vous ne commencez pas a 9 h vous serez virée"
- Pression du N+2 suite a une crise d'asthme du fait de la climatisation mise par un stagiaire alors qu'il faisait 17 degrès : " Si j'entends encore parler de toi, Malaga, tu es virée" lors d'un échange dans son bureau ou je lui expliquais mon état de santé
- Refus de reconnaissance par l’entreprise des séquelles d'un accident de travail suite a une chute dans des locaux boueux. Accident qui va engendrer une nouvelle chute en décembre 2012, avec double fractures de la cheville qui me laissera immobilisée plusieurs mois avec algoneurodystrophie, m'empêchant de marcher.

En 2013 : reprise de mon activité à la demande (forcée) d'Orange avec des béquilles : chute au travail (suite fatigue) engendrant un sérieux traumatisme crânien. Tentative d'Orange de me mettre en incapacité en m'obligeant d’abord via leur expert maison à reprendre mon activité alors que mon état de santé ne le permettait pas. Au printemps 2015 suite consolidation validée par les médecins, refus d'Orange de me laisser reprendre mon activité pendant un an et demie, en m'empêchant aussi d'accéder dans les locaux. Menace de la part du médecin de travail de me mettre en incapacité si j'insiste pour reprendre mon travail. En 2017 Orange exige 10 223 euros (document joint) pour le remboursements de mes soins de l'accident de 2009 dont la majorité a déjà été à ma charge ! Avec en plus des pertes de salaires (=> surendettement). L'assistante sociale essaye alors de me faire signer un engagement à payer cette somme en faisant un prêt ou un dossier de surendettement. L'histoire finira au tribunal plusieurs années après qui reconnaîtra la responsabilité d'Orange dans mon accident. Aucune preuve ne sera fournie par Orange sur l’existence de cette dette de 10 223 euros - Orange finira par l’enlever

- Discréditation auprès des collègues avec qui je travaille
- Mise en cause par la responsable de tous les problèmes de l'équipe
- Réception d'appels téléphoniques en continu me demandant du pain, de la billeterie... Voix d'une collègue de ma responsable qui m'avait fait une réflexion " ta cheville va bien, tu marches normalement, tu n'as pas de séquelle" alors que ce n’était pas du tout le cas suite à mon accident de travail je suis reconnue travailleur handicapé.
- Ma responsable vient dans mon bureau sur mes heures de repas en criant et en faisant tomber des affaires alors que je suis seule dans le bureau

2011 à 2013 : je suis placée télétravail isolée, dans un bureau distant

2015 : Orange m'empêche de reprendre suite a un accident de travail et me met en situation précaire pendant 1 an et demie

2018 : Orange me réclame plus de 10 000 e pour mon accident de travail sans justificatifs